Au cœur du sujet : de meilleurs appareils médicaux grâce à l’impression 3D multi-matériaux

Les fabricants d’appareils médicaux sont face à un dilemne lorsqu’ils tentent de simuler des organes pour tester leurs appareils médicaux : doivent-ils simuler les organes à l’aide du moulage par injection or par stérélithographie ? Le problème, c’est que le moulage par injection n’est pas toujours suffisamment précis pour les besoins médicaux et la stéréolithographie se limite à un matériau par modèle.

Grâce à la nouvelle imprimante 3D multi-matériaux compacte, les designers d’appareils médicaux peuvent désormais reproduire très rapidement les organes internes du corps ou réaliser des reconstructions 3D à l’aide de différents types de matériaux dans le même modèle – chose quasi impossible à faire de manière efficace autrement.

Pourquoi différents matériaux ? Pour que les ingénieurs de l’appareil médical puissent relier les divers équipements de monitoring et de stabilisation aux modèles d’organes eux-mêmes. Par exemple, le prototype de cœur sur les photos combine deux matériaux très différents : le matériau transparent de type élastomère TangoPlus d’Objet pour le cœur à proprement parler et Objet VeroClear, un nouveau matériau transparent clair rigide pour les supports du haut et du bas. Ce modèle rigide/flexible a été imprimé sur la nouvelle Objet260 Connex en une seule pièce, sans assemblage ni collage.

Une fois ce modèle flexible mais robuste entre les mains, les ingénieurs médicaux peuvent simuler précisément à la fois le mouvement flexible du cœur et y relier leur équipement sans déchirure ni interférence avec l’action mécanique pendant les tests.

NordicNeuroLab (NNL) est une entreprise de design médical qui utilise également l’impression 3D dans leur workflow de développement de produit. Spécialisés en imagerie IRM fonctionnelle, ils utilisent les imprimantes 3D d’Objet dans leur processus de visualisation et de tests. Le résultat ? Des cycles d’essais et de résolution d’erreurs plus efficaces et la commercialisation de leur produit plus rapidement. Lisez l’étude de cas NNL.

 

Laisser un commentaire

*