L’impression 3D au service de la médecine et du dentaire

Je lisais récemment un article sur l’évolution de la dentisterie dans cad-magazine et j’avoue que cela a réveillé en moi les souvenirs parfois encore frais et surtout amers, du patient qui redoute ces moments !

Vous souvenez-vous de vos passages chez le dentiste ? Soit pour un appareil dentaire, soit plus tard pour une couronne. Moi, je me souviens encore de cet appareil dans lequel il me fallait mordre à pleines dents, appareil rempli d’une substance horrible afin de prendre les empreintes de ma dentition…. Quel cauchemare !

Apparemment tout cela est sur le point de disparaitre. Plus de nausées, plus d‘angoisse à l’idée de franchir la porte de votre « cher » dentiste… Cela fait maintenant dix ans que les professionnels du secteur dentaire ou médical se sont mis au numérique. Par analogie avec nombres d’autres métiers où l’on rétro-conçoit, on numérise avec un scanner 3D, on ajuste avec un logiciel de CAO et ensuite on usine. Dans le cas présent, la troisième phase est différente parce qu’il s’agit de fabriquer des pièces à la demande, conçues à la mesure du patient. Il ne s’agit pas en l’occurrence de fabriquer un prototype de contrôle avant une production de masse.

C’est là que l’impression 3D intervient. Pour répondre aux exigences du secteur médical ou dentaire, il n’y a pas de compromis possible. La restitution des éléments numérisés, corrigés par le médecin se doit d’être parfaite. Il faut une précision d’impression qui se mesure en dizaine de microns, il faut une fiabilité à toute épreuve car on n’a pas droit à l’erreur, et enfin il faut des systèmes hautement productifs pour assurer la pertinence du modèle économique.

Les imprimantes 3D d’Objet offrent une précision d’impression par couches de 16 microns, une productivité allant jusqu’à 200 modèles dentaires par impression et un coût unitaire par pièce très économique.

Sur 5 500 prothésistes recensés en France, seulement une petite minorité serait déjà équipée en impression numérique 3D. Quand irons-nous chez le dentiste sans appréhension ?

Lisez l’article en cliquant ici.

Laisser un commentaire

*