L’impression 3D au service de « Real Steel », le dernier film avec Hugh Jackman

Sorti récemment en salle, Real Steel est un film de science-fiction américain mettant en scène Hugh Jackman. Son réalisateur Shawn Levy postule qu’en 2020, le noble art de la boxe ne sera plus pratiqué par des êtres humains, mais délégué à des robots. Le personnage incarné par Hugh Jackman se nomme Charlie Kenton. Cet ancien boxeur construit et entraîne ses propres « poulains », qu’il engage dans des combats illégaux. Après plusieurs rencontres soldées par une destruction totale, Charlie trouve un vieux robot dans une décharge : Atom. Il finit par décider de le réparer et de le coacher, … la suite, bien sûr, à l’écran. En guise d’avant-goût, un extrait où Charlie apprend la boxe à Atom.

Pour rendre les robots le plus crédibles possible dans les affrontements, on a eu recours à des animatroniques, des créatures animées par une technique de capture de mouvements. La confection des modèles a été confiée à la société Legacy Effects. Jason Lopes, Ingénieur Système Senior chez Legacy, a bien voulu nous fournir une série de superbes photos, qui montrent exactement comment les imprimantes 3D d’Objet ont été mises à contribution pour produire des résultats étonnamment réalistes.

Ayant la possibilité de réaliser des modèles haute résolution sur une imprimante 3D, les créatifs de Legacy ont pu passer du concept au projet final, et enfin à la production grandeur nature, dans le laps de temps le plus court. Un avantage non négligeable dans l’industrie du cinéma actuelle, où l’utilisation d’effets spéciaux et de perfectionnements techniques se paie souvent cash en termes de délais. Soucieux de rester compétitifs, les studios cherchent en permanence à être plus efficaces, notamment en entamant le casting et la réalisation des effets spéciaux alors que le scénario en est toujours au stade de la réécriture, ou en validant un effet en temps réel pendant le tournage proprement dit. L’impression 3D permet d’éviter de refaire certaines scènes, mais génère aussi des économies au niveau du montage et de la post-production. Autant d’éléments qui contribuent à accélérer la sortie du film et à en diminuer les coûts généraux.

 

(ci-dessus) Le modèle final d’Atom à l’échelle 1/5e après assemblage et peinture.

(ci-dessus) Impression-test rapide du torse et du bras gauche d’Atom, réalisée en Objet VeroGray.

(ci-dessus) Atom de dos, après assemblage et peinture.

(ci-dessus) Le haut du dos d’Atom, imprimé en Objet VeroGray.

(ci-dessus) Le logo sur le torse d’Atom, ou comment créer la vie avec le matériau transparent Objet VeroClear et un indéniable talent artistique.
 

Laisser un commentaire

*