Impression 3D : Pourquoi "la maison du futur” est déjà “le bureau d’aujourd’hui"

La famille Perera a essayé l'imprimante 3DComparé à un an ou deux, l’impression 3D est finalement devenue aujourd’hui un phénomène courant.

La dernière émission télé à parler de l’impression 3D en Angleterre est « Home of the Future » (la maison du futur). Il a été question de la famille Perera dont on a vidé la maison et remplacé le contenu par des technologies d’avant-garde, notamment une tondeuse à gazon et un appareil de culture de légumes hors sol. L’un des gros plans de l’émission traitait de l’imprimante 3D de bureau Objet30 que la famille utilise pour produire des appareils ménagers.

Bien sûr, certaines personnes contestent le fait que l’impression 3D remplacerait complètement la fabrication à moyen terme, et nous sommes d’accord avec eux. L’impression 3D repose sur un processus additif, un processus qui est bien moins efficace pour une production de masse que la fabrication traditionnelle « couper et assembler ». Elle convient bien mieux à des productions spéciales et au prototypage. C’est la thèse de Christopher Mims dans son article « Pourquoi l’impression 3D prendra la route de la réalité virtuelle ».

Ceci dit, il y a également le contre-argument. Celui de Tim Maly : « Pourquoi l’impression 3D n’est pas une réalité virtuelle ». Dans son article, il compare l’impression 3D à l’évolution de l’impression 2D. Il montre comment les énormes machines de l’époque ont évolué vers des imprimantes de bureau très abordables et très compactes et se trouvent aujourd’hui dans tous les bureaux et toutes les maisons. Bien évidemment, l’impression 3D est en train de suivre la même trajectoire, comme nous l’avons déjà fait remarquer dans un précédent blogue « Le chemin parcouru par Objet et l’impression 3D ». Tout comme les imprimantes 3D plus rapides et plus polyvalentes, on constate également une véritable révolution quant aux matériaux d’impression 3D. Qui aurait pu penser il y a deux ans que les photopolymères seraient capables de se comporter comme les plastiques techniques ? Seraient capables d’imprimer en 3D une chaise susceptible de supporter un poids de 100 kg ? Et cela, c’est juste la partie visible de l’iceberg pour ce que pourra faire l’impression 3D basée sur la technologie jet d’encre et les photopolymères, dans les années à venir.

Mais il y a également un troisième argument : peut-être l’impression 3D n’est-elle pas destinée à des besoins domestiques. Son environnement naturel semble être davantage le bureau et particulièrement des petits bureaux qui jusqu’à présent ne pouvaient pas se permettre de s’offrir de grandes machines industrielles. En fait, on pourra trouver une imprimante 3D dans chaque entreprise qui a besoin de visualiser rapidement le prototype d’un produit avant d’en lancer la production.

Vous croyez que c'est anticiper ? Eh bien non. C’est déjà le cas. Les imprimantes 3D Objet sont présentes dans beaucoup d’entreprises du Fortune 500. Les imprimantes 3D y sont utilisées pour le prototypage de quasiment tous les produits : des chaussures aux voitures, en passant par les téléphones et les jouets, ainsi que le mobilier ou l’électronique et même les implants dentaires et les guides chirurgicaux.

Laisser un commentaire

*