Un gant téléphone dans le genre "Iron Man" imprimé en 3D Printed sur Objet Connex

Voici encore une nouvelle histoire innovante  sur le processus « du concept au prototype » rendue possible par la technologie d’impression 3D multi-matériaux Objet Connex :
Iron Man gloveBryan Cera est un étudiant à l’université de Wisconsin-Milwaukee où il étudie l’art et la technologie. A l’aide de l’imprimante 3D multi-matériaux Objet Connex, il a créé ces gants qui pourraient tout-à-fait convenir à Iron Man. Ces gants comportent même un téléphone qui fonctionne ! Le concept porte le nom de « Glove One ». A en juger par la photo par les pièces vertes sur la photo plus bas, il semble que le matériau numérique de type ABS d’Objet ait été utilisé (un matériau composite très dur, seulement disponible sur l’impression Objet Connex). Ce matériau est typiquement utilisé lorsque les surfaces doivent être lisses et qu’il est possible de les peindre mais aussi lorsqu’elles doivent être robustes.
On a ensuite appliqué aux objets imprimés sur Objet plusieurs couches de peinture et de polish pour produire la coque. Plus de photos sont en ligne  sur le blogue de Ponoko.
Selon Bryan, « La création du gant a commencé avec le circuit et a fini par être le tableau d’un téléphone mobile. J’ai inspecté près de 100 téléphones usagés jusqu’à ce que je trouve la taille, la forme et la fonctionnalité parfaites pour ce projet. »

« A l’aide d’un logiciel de CAO, j’ai conçu les composants autour de ce circuit. A part quelques éléments retirés des téléphones usagés, tout a été conçu par moi et fabriqué en impression 3D, découpe au laser ou fraisage CNC . J’ai sous-traité l’impression 3D à Ponoko, une société de service en impression 3D, qui a imprimé les composants sur une Objet Connex. »

« Avant l’assemblage, chaque composant a été poncé, peint et poli. J’ai conçu les doigts pour qu’ils s’emboîtent sans ajout d’éléments, puis chacun serait relié à la base du gant par des boulons et des ressorts. Le gant fut ensuite connecté par des fils d’extension soudés du circuit aux boutons montés sur les doigts.
Pour en savoir plus sur le travail de Bryan, cliquez ici.


Cet article est également disponible en: Anglais, Coréen

Laisser un commentaire

*