Des escrimeurs ont une bonne prise aux jeux olympiques grâce aux imprimantes 3D de Stratasys

Chaque jour, on peut voir des applications nouvelles et intéressantes réalisées à l’aide de l’impression 3D. En voici une : comment personnaliser des équipements de sport pour donner à l’athlète un avantage par rapport à ses concurrents ?

3d printed fencing hilt, tsukuba university

Pommeaux d’épées personnalisés produits sur l’imprimante 3D multi-matériaux Objet350 Connex

Voici ce qui est arrivé à l’Université de Tsukuba au Japon.

Cette université est renommée pour sa recherché et son développement dans trois domaines : les équipements de sport, l’entrainement aux sports et la condition physique. Une équipe de recherche dirigée par le professeur Norihisa Fujii à la faculté de gymnastique de l’université est en train de développer un équipement sur mesure utilisé par l’équipe d’escrime japonaise, équipement qui les a aidés à gagner la médaille d’argent aux jeux olympique de Londres en 2012.

Un avantage sur le plan compétitif

Tout d’abord, vous devez comprendre l’importance du pommeau. C’est la poignée d’une épée et elle doit parfaitement convenir à la main de l’escrimeur – même le changement le plus infirme dans la forme du pommeau peut affecter la botte pratiquée par l’escrimeur et du coup influencer le résultat de la compétition : gagner ou perdre le match.

Historiquement, il n’y avait qu’un seul type de pommeau d’épée. Chaque escrimeur devait réduire le pommeau manuellement pour qu’il s’adapte parfaitement à sa main, tout en lui donnant une surface non glissante (pour ne pas la perdre !) Etant donné que chaque pommeau était personnalisé manuellement,  si une épée se cassait, il était quasi impossible de la remplacer par une épée dotée de la même prise.

La médaille d’argent pour marquer l’histoire

Pour les jeux olympiques 2012, les chercheurs de l’université de Tsukuba ont scanné l’équipement utilisé par les escrimeurs et ensuite ils ont utilisé l’imprimante 3D multi-matériaux Stratasys Objet350 Connex pour imprimer les poignées. Plusieurs prototypes de chaque épée ont pu être fabriqués rapidement. La précision de 16 micron de l’imprimante 3D Objet350 Connex dotée de la technologie PolyJet a permis aux chercheurs de réaliser des variations de dernière minute, en fonction des commentaires que les athlètes leur communiquaient. Il a été produit un total de 70 prototypes.

Dès qu’un escrimeur avait en mains le parfait pommeau, l’imprimante 3D en fabriquait plusieurs copies. Pour la première fois dans l’histoire de l’escrime, chaque concurrent possédait 5 pommeaux identiques.

Vu le success de ce projet, l’université de Tsukuba est en train d’explorer d’autres applications relatives au sport, notamment les équipements de protection des gymnastes, les chaussures pour les lanceurs de javelots, les tenues de triathlon, les mâts, etc.

Cet article est également disponible en: Chinois simplifié, Anglais, Japonais, Espagnol, Coréen, Portugais - du Brésil

Laisser un commentaire

*